Quels sont les meilleures psychothérapies à adopter ?

, par  Véronique R. , popularité : 4%

Il est désormais prouvé que les psychothérapies aident grandement les patients atteints de schizophrénie, à tendre vers la guérison, totale ou partielle.

Il existe deux types de psychothérapies parmi lesquels existent plusieurs autres types de psychothérapies. On distingue donc les psychothérapies individuelles des psychothérapies de groupes.


Les thérapies individuelles
Dans les psychothérapies individuelles, nous pouvons distinguer la psychanalyse, les thérapie comportementales et cognitives (TCC ou cognitivo-comportementale), hypnothérapie (EMDR), Programmation neuro-linguistique (PNL).

Le type de thérapie adopté est souvent un choix personnelle. Par exemple, je n’accorde absolument pas mon accréditation à la psychanalyse (voir une vidéo que j’ai publié sur le forum sur une conférence de Michel Onfray). En revanche, les TCC sont largement recommandés en ce qui concerne le soin de la schizophrénie et de ses troubles associé (comorbidités).
Pour preuve, en France, le rapport français de l’INSERM de 2004 concernant l’efficacité des psychothérapies (TCC, systémie, psychodynamique) a conclu à l’efficacité des TCC dans quinze troubles cliniques étudiés sur seize, ce qui les place au premier rang des trois méthodes étudiées, bien avant la thérapie psychanalytique (psychodynamique), qui ne serait efficace que sur un trouble clinique sur seize.

  • Qu’est ce que la thérapie cognitivo-comportementale
© Flickr CC by-sa

Validée scientifiquement, la thérapie cognitivo-comportementale est une thérapie brève. Elle vise à remplacer les idées négatives et les comportements inadaptés par des pensées et des réactions en adéquation avec la réalité. La TCC aide à progressivement dépasser les symptômes invalidants, tels que : les rites et vérifications, le stress, les évitements et les inhibitions, les réactions agressives, addiction, psychoses, troubles anxieux, ou la détresse à l’origine de souffrance psychique.
Les TCC sont des « thérapies actives » : le psychothérapeute échange avec le patient, le renseigne, lui propose des techniques, astuces, etc. Parmi ces techniques figurent l’exposition (en imagination, thérapie par réalité virtuelle ou in vivo), la relaxation, le façonnement, le modeling, la restructuration cognitive…

  • Le déroulement de la TCC

- Évaluation avant traitement : l’analyse fonctionnelle. Elle comporte deux dimensions :
1/ qualitative : il s’agit de déterminer les circonstances dans lesquelles le problème est apparu d’en préciser les facteurs déclanchant et ceux contribuant à son maintien. Plusieurs grilles permettent de réaliser cette analyse, comme le BASIC ID d’Arnold Lazarus, ou la grille SECCA.
2/ quantitative : pour percevoir l’évolution des difficultés du patient au cours du traitement, il faut auparavant les mesurer. Par exemple, avec une personne ayant un trouble obsessionnel compulsif (TOC) de lavage, le thérapeute pourra évaluer avec la personne le temps passé sous la douche, et d’autres indicateurs qui vont permettre d’établir une ligne de base du TOC du patient. De nombreuses échelles cliniques sont à la disposition du thérapeute.
- Le contrat thérapeutique : il présente au patient comment lui et le thérapeute vont s’y prendre pour mener le changement thérapeutique. Les objectifs sont progressifs.
- Application du programme : elle se fait au rythme du patient, les étapes sont susceptibles d’être réajustées.
- Évaluation des résultats : le psychothérapeute cognitif et le patient évaluent le résultat de la thérapie. La comparaison entre la ligne de base et l’évaluation en fin de thérapie sont un indicateur du succès de la thérapie. Il n’est pas impossible de considérer une nouvelle thérapie à la suite de cette évaluation, si de nouveaux objectifs sont envisagés.

  • Ou pratiquer cette thérapie et avec qui

Il est préférable de choisir un psychologue (de formation, c’est-à-dire avec un master Bac+5 en psychologie), formé à la TCC. Les psychologues sont effectivement cher et non remboursés par la sécurité sociale. Mais vous pouvez accéder gratuitement à des psychologues via les centres médicaux psychologique (CMP) de votre ville, dont chacun est rattaché à l’hôpital d’un quartier. Étudiez bien vers quel hôpital et service vous allez vous orienter, car certains hôpitaux peuvent avoir un Service peuvent être largement plus avantageux que d’autres, étant spécialisé dans les troubles mentaux. Certains hôpitaux peuvent aussi collaborer avec des associations spécialisé dans la schizophrénie.
Notamment, vous pouvez vous tourner vers un centre expert schizophrénie de la Fondation Fondamental dont voici la liste des centres en France :
Liste des centres experts schizophrénie en France
Ces centres experts schizophrénie regroupent certains hôpitaux de France rattachés aussi à des CMP, où vous pourrez aussi suivre des thérapies de groupe.


Les thérapies de groupes

© Flickr CC by-nc

Plusieurs psychothérapies de groupe existent en hôpital, à ce jour. Celles-ci permettent d’améliorer la connaissance de la maladie, ainsi que certains symptômes. Elles se trouvent sous formes "d’Atelier" :



Toutes ces psychothérapies de groupes apportent chacune des bénéfices psychologiques à la personne, dont une meilleure réadaptation sociale.

Si les psychothérapies apportent aussi une meilleure connaissance de soi-même, les psychothérapies de groupe permettent aussi de prendre une certaine distance quant à ses propres difficultés. En effet, les "difficultés" sont mués en capacités favorable pour un mieux vivre au quotidien.




Sources

Annonces

  • Dons Paypal



  • Mieux vivre avec la schizophrénie avec les TCC

  • Newsletter


Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

  • Atelier d’Art en Clinique

    Dans certaines cliniques, divers ateliers peuvent être proposé en vue d’une réhabilitation (...)