Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! - commentaires Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! 2016-09-25T09:36:25Z http://www.les-schizophrenies.fr/les-soins-des-schizophrenies/les-psychotherapies/article/entrainement-des-habiletes-metacognitives-emc-pour-empecher-la-rechute#comment55 2016-09-25T09:36:25Z <p>Je le répète, chaque cas est différent et votre état d'abrutissement était certainement dû à un surdosage.<br class="autobr" /> Pour pratiquer les exercices cognitifs, c'est vous qui voyez, je n'oblige personne.<br class="autobr" /> Et ça n'empêche pas que ces exercices cognitifs soit une bonne alternative à une rechute.</p> Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! 2016-09-23T10:33:52Z http://www.les-schizophrenies.fr/les-soins-des-schizophrenies/les-psychotherapies/article/entrainement-des-habiletes-metacognitives-emc-pour-empecher-la-rechute#comment54 2016-09-23T10:33:52Z <p>Bonjour Véronique,</p> <p>Autrefois les “erreurs” dont j'ai souffert c'étaient l'abrutissement, les crises de narcolepsie et le moral suicidaire dus à l'effet dépresseur des neuroleptiques sur moi-même et sauf à réduire la dose alors de ceux-ci je ne vois pas comment les exercices cognitifs auraient pu m'aider contre cela.</p> <p>Actuellement soit que je ne prends plus rien comme médicament soit que je prends qu'un demi ou quart seulement de la dose minimum d'antipsychotique en ambulatoire recommandée en matière de schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique je me déclare parfaitement heureux.</p> <p>Pour l'avenir je ne pense pas que je puisse aller encore mieux même avec ces exercices cognitifs.</p> <p>Bien cordialement à vous,</p> <p>Schizo GUÉRI</p> Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! 2016-09-22T07:40:00Z http://www.les-schizophrenies.fr/les-soins-des-schizophrenies/les-psychotherapies/article/entrainement-des-habiletes-metacognitives-emc-pour-empecher-la-rechute#comment53 2016-09-22T07:40:00Z <p>Schizo guéri, vous n'avez pas essayé ces exercices cognitifs et vous jugez de l'efficacité de ces exercices sans même en connaître les tenants et les aboutissants.<br class="autobr" /> Les exercices cognitifs ont pour but surtout de corriger les biais de pensées, biais qui peuvent persister malgré un traitement psychothérapeutique.<br class="autobr" /> Ces exercices ont autant de valeurs que les TCC (thérapie comportementale et cognitives) qui sont là aussi pour corriger les biais de pensées. Les biais de pensées, sont des tournures de penser,une façon de penser qui ne correspond pas à la réalité.</p> Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! 2016-09-21T15:41:33Z http://www.les-schizophrenies.fr/les-soins-des-schizophrenies/les-psychotherapies/article/entrainement-des-habiletes-metacognitives-emc-pour-empecher-la-rechute#comment52 2016-09-21T15:41:33Z <p>CHRONICISATION DES SCHIZOPHRÈNES : LES NOUVELLES EXPLICATIONS ET LES NOUVEAUX SOINS POUR LEUR MALADIE NE SONT-ILS PAS UNE NOUVELLE FAÇON DE S'ENRICHIR TOUJOURS PLUS SUR LE DOS DE CES MALHEUREUX ?</p> <p>Je prétends que les exercices visant à améliorer les problèmes cognitifs des schizophrènes ne sont qu'un leurre car, à mon avis, ils n'empêcheront pas la rechute tant que les problèmes psychologiques de ceux-ci ne seront pas eux en réalité solutionnés. Il n'y a que deux façons d'empêcher les rechutes : soit on prend des antipsychotiques à la dose adéquate jusqu'à même sa mort comme le recommandent justement les psychiatres, soit on résout ses problèmes psychologiques de l'âge adulte (une névrose précède toujours la psychose) en rapport avec ses problèmes psychologiques de la petite enfance (forclusion du Sein-de-la-Mère et forclusion du Nom-du-Père). Dans la deuxième façon d'empêcher les rechutes cela suppose pour le malade comme pour le psy de croire aussi bien aux explications de Freud que de Lacan à ce sujet. Et même Lacan avait mis entre parenthèses sans jamais pouvoir en réalité y répondre sa réponse à sa question : “Une cure des psychoses est-elle possible ?” En réalité comme me l'a fait remarquer mon ancienne psychologue de mon ancien Service d'accompagnement à la vie sociale (SAVS) au sujet de mes résultats thérapeutiques : “Votre parcours est unique !” C'est-à-dire que je n'ai pas connaissance d'autres schizophrènes qui ont abouti à une guérison de leur maladie suite à un travail psychanalytique sur eux-mêmes ! Car aucun psy ne peut les aider à ce sujet du fait que la formation à la psychanalyse n'existe plus dans leurs études médicales !</p> <p>Oui, je suis de l'ancienne génération c'est-à-dire de celle qui a vu se dégrader les soins aussi bien dans les hôpitaux publics que dans les cabinets privés et apparaitre de nouvelles explications telles que la génétique, etc., accompagnées de nouveaux soins tels que les TCC, etc., en matière de schizophrénie. Dans les hôpitaux de 1988 à 2002 plus de 50 000 lits et plus de 20 000 infirmières en psychiatrie ont été supprimés aussi bien par la droite que par la gauche et cette même politique se poursuit toujours ! Actuellement les séjours étant très courts dans ceux-ci les malades ne sont plus protégés sur une période suffisamment longue des perturbations familiales et cela se traduit vite après leur sortie de ceux-ci et leur retour chez leurs parents par des rechutes. Ceux-ci découvrent alors que leurs enfants étaient en réalité abandonnés et abrutis à l'hôpital où ils ne voyaient que le psy qu'une fois par semaine que dix minutes seulement pour “le tout médicament” (expression d'Élisabeth Roudinesco qui parle à ce sujet aussi de “psychose chimique” quant aux effets alors de ce fameux “tout médicament”) et qu'ils resteront alors chroniques jusqu'à même leur mort d'après l'avis des psychiatres qui les suivent. Dans les cabinets privés j'ai découvert que de nombreux psys qui affichent pourtant à l'entrée de celui-ci sur leur plaque “psychiatre psychothérapeute”, eux, en réalité ne reçoivent leurs malades qu'en même pas cinq minutes maximum juste le temps de renouveler l'ancienne ordonnance et de prendre quand même un dépassement substantiel au tarif de la Sécurité dite sociale (même des professeurs font aussi cela).</p> <p>Je ne crois pas pour ma part en matière de schizophrénie à une rechute possible dans celle-ci. Pourtant mes soins véritables qui eux m'ont bel et bien guéri de celle-ci n'ont rien eu à voir avec la psychiatrie dont par exemple des exercices cognitifs à ce sujet. En réalité comme je le raconte dans mes livres d'une part j'ai été débloqué psychologiquement de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle par de jeunes prostituées sexy (1965-1972) ce qui m'a permis ensuite de rencontrer enfin la femme de ma vie (1973 jusqu'à toujours actuellement en 2016) laquelle grâce à son amour véritable a pu parfaire ma guérison dont celles-ci étaient bel et bien à l'origine. Toutefois la liquidation de mon transfert épistolaire qui s'était créé à l'occasion de mes soins avec mon ancienne psychiatre psychanalyste et avec mon ancienne assistante sociale sur celles-ci (2002-2012) a contribué, à mon avis, tout autant à cette guérison que je considère enfin complète et définitive depuis maintenant plus de dix ans.</p> <p>Les conditions qui ont permis l'apparition de ma schizophrénie ne pouvant plus se reproduire actuellement je ne crois pas à des rechutes éventuellement toujours possibles pour celle-ci.</p> <p>Freud lui-même ou l'un de ses successeurs (je ne me rappelle plus exactement) a dit : “En psychanalyse on guérit grâce à l'intelligence et à l'amour !” En matière d'intelligence j'ai compris sur moi aussi bien ce que sont la forclusion du Sein-de-la-Mère et la forclusion du Nom-du-Père et en matière d'amour celui véritable de ma femme a été réparateur aussi bien des dégâts que des tares de la mauvaise éducation que j'ai subis de la part de mes deux parents.</p> <p>Tous les psys qui proposent des exercices cognitifs aux schizophrènes ne font jamais en réalité allusion avec eux dans leurs entretiens au parcours familial traumatisant de ceux-ci.</p> <p>Je suis conscient que ni l'intelligence ni l'amour ne peuvent guérir tous les schizophrènes !</p> <p>Les nouvelles explications pour la schizophrénie autres que celles du parcours familial et les nouveaux soins pour celle-ci ne sont à mon avis bel et bien qu'une escroquerie de charlatans professionnels.</p> <p>Les malades ne sont alors jamais guéris et bien sûr c'est ainsi une source alors de gros profits.</p> <p>Schizo GUÉRI</p> <p>P.-S. : les neuroleptiques et les antipsychotiques ont tous un effet de ralentissement et surtout un effet dépresseur aussi bien sur la pensée que sur le moral voire la sexualité et les sentiments des schizophrènes mais pas toujours de la même façon chez tout le monde. Il y a ceux qui supportent et ceux qui ne supportent pas ! C'est pour les gros effets indésirables du “tout médicament” notamment à la sortie d'hôpital psychiatrique qu'à mon avis Élisabeth Roudinesco parle alors de “psychose chimique”. Quant au Dr Jean-Luc Roelandt soit dans l'émission où je suis passé avec lui et où il y avait aussi dans celle-ci le Pr Christophe Lançon : “Mieux comprendre la schizophrénie” sur France 2 (20 novembre 2004) soit dans l'émission sur la schizophrénie et sur France 2 aussi de quelques années auparavant : “Pas si fou que ça !” dont il m'avait envoyé la cassette par la poste en 2005, celui-ci n'a-t-il pas déclaré alors ceci : “Les neuroleptiques gomment tout ce qui fait le bonheur et en particulier la vie amoureuse !” Je suis entièrement d'accord avec lui à ce sujet bien sûr par expérience personnelle de cela. Mais pour bien des schizophrènes avoir jusqu'à même sa mort une vie sans amour est-ce comme le prétendent certains psys (je peux citer les sources éventuellement) avoir alors “une vie normale” ? Dire une telle monstruosité à ce sujet moi j'appelle ça une “escroquerie morale” !</p> Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! 2016-09-21T07:08:24Z http://www.les-schizophrenies.fr/les-soins-des-schizophrenies/les-psychotherapies/article/entrainement-des-habiletes-metacognitives-emc-pour-empecher-la-rechute#comment51 2016-09-21T07:08:24Z <p>Bonjour,<br class="autobr" /> D'une part, vous êtes de l'ancienne génération. Les psy d'aujourd'hui fonctionnent différemment par rapport à la prescription et par rapport à avant. Aujourd'hui, les psy y vont plus à « tâtons ». <br class="autobr" /> D'autres part, tous les patients ne sont pas « abrutis » par les médicaments et une partie sont en rémission AVEC traitement médicamenteux. Cet article vise cette cible, les patients plus ou moins en rémission, mais aussi ceux qui sont encore dans « l'entre deux », car ils ont encore cette capacité de faire des exercices cognitifs.<br class="autobr" /> Pour votre cas, il est avéré qu'un certain pourcentage de personne schizophrènes, qui atteignent un certain âge avancé, puisse atteindre une certaine amélioration, voir « rémission complète », rémission qui n'est en réalité jamais complète puisqu'il existera toujours une certaine « faiblesse psychique » chez un patient ou ancien patient schizophrène.<br class="autobr" /> « Ne pas avoir les idées ralentis », ne signifie pas être « en bonne santé ». Tout un tas d'autres problèmes psychique peuvent exister, et qui permettent quand même de pratiquer ces exerces afin d'empêcher une rechute.<br class="autobr" /> De plus, vous généralisé votre cas, or, chaque cas est différent. Un bon nombre de personnes schizophrènes sous traitement n'ont pas les « idées ralenties » comme vous le dites.</p> Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! 2016-09-20T18:08:31Z http://www.les-schizophrenies.fr/les-soins-des-schizophrenies/les-psychotherapies/article/entrainement-des-habiletes-metacognitives-emc-pour-empecher-la-rechute#comment50 2016-09-20T18:08:31Z <p>EXERCICES COGNITIFS ? NON MERCI !</p> <p>Je ne crois pas que des exercices soient utiles lorsqu'on est un schizophrène qui de l'avis des psys doit ingurgiter des doses faramineuses de médicaments afin de ne pas ainsi rechuter jusqu'à même sa mort. Il me paraît très difficile de faire ceux-ci lorsqu'on est abruti par toutes sortes de “drogues” et de toute façon je ne crois pas alors à l'efficacité de ceux-ci sous fortes doses de celles-ci. Les exercices n'ont peut-être alors que pour but que de faire croire que bien que l'on prenne toujours ainsi des médicaments à vie on peut améliorer sérieusement malgré tout alors la qualité réelle de celle-ci ! Actuellement les véritables associations d'usagers en psychiatrie (pas celles qui parlent à la place des malades pour leur faire dire des choses que ceux-ci n'ont jamais réellement dites) face aux abus des psychiatres en matière de médicaments sont révoltées par la chronicisation de pratiquement tous les malades de ceux-ci ! On ne voit jamais de malades guéris de la schizophrénie dans les cabinets des psychiatres et pour cause ! Comment aurais-je pu guérir (je n'ai pas d'autres mots car c'est celui qui correspond le mieux à mon vécu et à mon ressenti à ce sujet) si j'avais en 2004 écouté ma psychiatre psychanalyste lorsque celle-ci m'a alors déclaré : “Vous n'y arriverez pas !” en réponse à mon désir de sevrage de mes somnifères, tranquillisants, antidépresseurs, normothymiques, antipsychotiques, etc. que je prenais pour certains depuis alors plus de quarante ans ? Quant à l'hôpital spécialisé (dans les troubles et les maladies du sommeil) où j'avais alors aussi fait part de ce même désir de sevrage de tous mes médicaments déjà cités, on m'y a alors répondu : “Vous comprenez bien que si ça fait plus de quarante ans que vous prenez des somnifères et des tranquillisants on ne peut rien faire pour vous à ce sujet ! Voyez avec votre psychiatre psychanalyste !” J'ai essayé non sans difficultés de me sevrer alors moi-même et maintenant dix ans plus tard quel est le résultat ? Soit je ne prends plus rien comme médicament soit je ne prends plus qu'un demi ou un quart de la dose minimum en ambulatoire recommandée en matière de schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique ! Où est la rechute tant annoncée par les psys ? Par rapport à 2001 où mon quotient intellectuel n'était alors que de 119 en 2009 celui-ci était alors supérieur à 130 et le rapport médical du psychogériatre disait bien que cela ne pouvait être dû qu'à mon sevrage entièrement réussi (contre l'avis des psys, je le rappelle). Les exercices à mon avis c'est bien voire facile pour les gens qui sont en bonne santé mais certainement pas pour les gens qui prennent souvent lourdement des médicaments qui ont surtout pour fonction de ralentir leur pensée. Ce qui m'a permis d'être enfin à mon avis complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie c'est mon travail psychanalytique sur moi-même avec ou sans l'aide des psys. Pas des exercices à caractère cognitif (attention, mémoire, etc.) ! Et c'est alors qu'enfin sevré de tous mes problèmes psychologiques j'ai pu bien que plus de quarante ans plus tard enfin me sevrer (contre l'avis des psys, je le rappelle encore une fois) de tous mes médicaments psychotropes.</p> <p>Schizo GUÉRI</p> Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! 2016-09-20T14:38:30Z http://www.les-schizophrenies.fr/les-soins-des-schizophrenies/les-psychotherapies/article/entrainement-des-habiletes-metacognitives-emc-pour-empecher-la-rechute#comment49 2016-09-20T14:38:30Z <p>Bonjour, c'est écrit en bas de l'article ; pour recevoir le manuel, il faut écrire à moritz@uke.de (et en anglais).</p> <p>Cordialement</p> Entraînement des habiletés métacognitives (EMC) pour empêcher la rechute ! 2016-09-20T10:53:14Z http://www.les-schizophrenies.fr/les-soins-des-schizophrenies/les-psychotherapies/article/entrainement-des-habiletes-metacognitives-emc-pour-empecher-la-rechute#comment48 2016-09-20T10:53:14Z <p>Bonjour<br class="autobr" /> Je suis étudiante en psychologie clinique et je souhaiterais recevoir le manuel<br class="autobr" /> Je vous remercie<br class="autobr" /> Isabelle</p>