Le clip sur les "fous" par Cyril Hanouna dans "Touche pas à mon poste"

, par  Véronique R. , popularité : 3%

Article par Geneviève Jurgensen, le 23/09/2016 à 12h06

Pendant que les malades atteints de schizophrénie souffrent et, le plus souvent, manquent d’aide adaptée à leurs besoins, voire manquent d’aide tout court ; pendant que leurs familles se débattent avec les ressources qui sont les leurs, en temps, en forces, en information, en argent, en offre médicale et sociale ; pendant que les psychiatres et tout le personnel médical, dans les hôpitaux et services psychiatriques comme en ville, unissent forces et compétences pour accueillir et soigner les malades, soulager les familles, former le personnel, participer à la recherche fondamentale, défendre leur budget, informer le public ; pendant tout cela et bien d’autres combats menés par les malades mentaux et leur famille contre vents et marées, Cyril Hanouna, producteur et animateur de télévision, annonce la rentrée d’une de ses émissions principales avec un clip dépeignant les malades comme des zombies à camisole qui se mettent des spaghettis dans le pantalon et poussent des cris d’animaux pendant qu’un inquiétant docteur les observe par vidéosurveillance et annonce sur un ton sarcastique qu’il les lâche la semaine prochaine dans la nature.

On ne saurait rêver meilleure occasion de se rappeler que ces malades ne sont pas des extraterrestres mais des membres de notre famille ou de notre cercle amical proche, puisque la schizophrénie touche une personne sur cent. À moins de vivre en ermite, donc, nous côtoyons des gens atteints de cette maladie, nous connaissons leurs parents, nous savons que la vie est pour eux beaucoup plus compliquée que pour d’autres, et nous pouvons sans faire preuve d’une imagination débordante subodorer que les psychiatres et leurs équipes sont leurs alliés.

On ne saurait non plus rêver meilleure occasion de souligner que la schizophrénie n’étant pas plus regardante que n’importe laquelle des calamités qui s’abattent sur l’espèce humaine, elle peut tomber chez nous quoi que nous fassions, même sans boire, sans fumer et en mangeant bio, et selon toute vraisemblance sur un jeune qui jusque-là se portait très bien.

Et puisqu’on en est aux bonnes nouvelles, j’ajoute que la schizophrénie comme d’autres maladies mentales reste souvent mortelle, directement, notamment parce qu’elle augmente le risque de suicide, et indirectement parce que ces malades soignent peu leur santé et que les médicaments qui leur sont indispensables pour stabiliser leur état peuvent, au fil des ans et faute de suivi suffisant, abîmer l’organisme.

Dans un monde qui rit de tout avec n’importe qui, j’avoue ne plus trouver grand-chose drôle. Sauf le chat de mon fils quand il prétend intimider celui du voisin, et quelques autres scènes de comique malgré soi qui ne se programment pas. En dehors de cela, l’humour complice, l’humour gras, l’humour vache, l’humour juif, l’humour anglais, l’humour noir, l’humour de bas étage, l’humour pince-sans-rire, l’humour de droite, de gauche, tous ceux-là et tous les autres me semblent occuper une place démesurée dans la vie de la radio, de la télévision et des réseaux sociaux.

Quelques voix se sont élevées pour suggérer à Cyril Hanouna d’utiliser son talent à aider ceux qui sont atteints de troubles psychiques et ceux qui les soignent plutôt que les rendre grotesques. J’admire la patience de ces militants et leur courtoisie dans ces démarches. Si quelqu’un dans ma famille souffre de troubles psychiques, il a besoin de soins et j’ai besoin d’aide. Les uns existent, l’autre aussi, encore faut-il le savoir.






Source : La Croix

Annonces

  • Dons Paypal



  • Mieux vivre avec la schizophrénie avec les TCC

  • Newsletter


Brèves Toutes les brèves

  • Citations

    « La schizophrénie est une construction des psychiatres pour définir une maladie qui n’a de (...)