"Une autre réalité" : une campagne pour déstigmatiser la schizophrénie

, par  Véronique R. , popularité : 3%

« La schizophrénie touche en France 600 000 personnes auxquelles il faut ajouter les proches et les familles. Ce sont plus de 1,5 million de personnes qui doivent faire face à la maladie mais aussi au regard méfiant, négatif de la société qui véhicule une image caricaturale et violente des personnes vivant avec cette pathologie qui pourtant se diagnostique et se soigne. Nous souhaitons aujourd’hui lancer un challenge d’envergure : changer ce regard pour déstigmatiser la maladie et pour mieux inclure celles et ceux qui sont concernés. » Pr. Raphaël Gaillard, président de la Fondation Pierre Deniker.

La schizophrénie n’a pas bonne presse. Cette maladie mentale qui touche pourtant 1% de la population française est encore vue de manière caricaturale. Films ou séries se sont souvent emparés de cette thématique, en y insufflant un côté dramatique, voire sensationnel. La pop-culture ne manque pas de références à cette pathologie mais rares sont les représentations qui permettent d’appréhender la réalité quotidienne des personnes souffrant de schizophrénie.

C’est pour lutter contre les stéréotypes associés à cette maladie, que la Fondation Pierre Deniker lance la campagne #UneAutreRéalité, diffusée dès ce mercredi 2 mai 2018 sur les chaînes de télé nationales. On y rencontre Alexis, personnage affublé en permanence d’un casque de réalité virtuelle, qui modifie considérablement sa perception de la réalité.

Le film réalisé par l’agence Marcel suit la vie d’Alexis. Alexis a 20 ans, il aime jouer de la batterie, faire du foot avec ses copains, discuter avec sa sœur et sortir avec sa copine. Sa réalité est ponctuée de moments heureux, mais aussi de moments étranges, inquiétants, différents de la réalité.

Alexis vit avec une schizophrénie.





La Fondation Pierre Deniker se mobilise

La Fondation Pierre Deniker pour la recherche et la prévention en santé mentale est une fondation reconnue d’utilité publique depuis 2007. Au-delà de son rôle dans la recherche et l’information, elle a pour mission de déstigmatiser et de changer le regard sur la maladie mentale.

La schizophrénie est une maladie méconnue, qui fait peur, pour laquelle les clichés négatifs sont les plus importants. À la souffrance liée à la pathologie s’ajoute donc la souffrance des malades et de leur entourage face au regard de leurs interlocuteurs au quotidien, et de la société en général.

Or on parle d’une pathologie qui, prise à temps, se soigne de mieux en mieux. L’inclusion dans le monde du travail est aujourd’hui possible. Par ailleurs les statistiques le montrent : contrairement aux clichés, les personnes atteintes de schizophrénie sont avant tout dangereuses pour elles-mêmes : le taux de suicide est en effet beaucoup plus important que le taux national.



Objectif : un autre regard sur la schizophrénie

Tout le monde se fait de fausses idées sur cette maladie particulièrement méconnue.

  • L’inclusion est possible : biens soignées et accompagnées, les personnes avec schizophrénie ne sont plus enfermées dans la maladie. Peu à peu, elles vont mieux et parviennent à reconstruire un projet de vie.
  • Il ne faut plus en avoir peur, il faut changer de regard sur la schizophrénie, il faut briser les clichés.

La fondation lance donc une campagne pour déstigmatiser la schizophrénie s’articulant autour de la diffusion d’un spot sur plusieurs chaînes de télévision et de sa diffusion virale sur le web.

La campagne a pour objectifs :

  • De faire changer le regard sur la schizophrénie
  • D’informer sur les avancées des soins : avec de nouvelles prises en charge, les personnes vivant avec une schizophrénie peuvent maintenant avoir de l’espoir.
  • De collecter des fonds pour la recherche scientifique, afin de confirmer les pistes pour des thérapeutiques innovantes.

Annonces

  • Dons Paypal



  • Mieux vivre avec la schizophrénie avec les TCC

  • Newsletter


Brèves Toutes les brèves